Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les présidents, de la Haute-Volta au Burkina Faso. Partie 5 : Capitaine Thomas Sankara (21 décembre 1949-15 octobre 1987)

Publié le par nassaramoaga

http://contreinfo.info/IMG/arton1339.jpg

" Il faut proclamer qu'il ne peut y avoir de salut pour nos peuples que si nous tournons radicalement le dos à tous les modèles que tous les charlatans de même acabit ont essayé de nous vendre 20 années durant. Il ne saurait y avoir pour nous de salut en dehors de ce refus là. Pas de développement en dehors de cette rupture là. Il faut ranimer la confiance du peuple en lui-même en lui rappelant qu'il a été grand hier et donc, peut-être aujourd'hui et demain. Fonder l'espoir. "




Biographie

http://zwan.files.wordpress.com/2007/12/sankara.jpg
Thomas Isidore Noël SANKARA est né le 21 décembre 1949 à Yako, ville située à une centaine de kilomètres de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Après son baccalauréat obtenu en 1970, il réussit le concours d'entrée à l'Académie militaire d'Antsirabé (Madagascar).


Il reviendra avec le grade de Sous-Lieutenant, bénéficiera d'un stage de formation à l'école des Parachutistes de Pau en France, puis au Maroc où il rencontre Blaise COMPAORE avec lequel des liens très proches sont établis. les deux officiers se retrouveront dans leur parcours politique avec les capitaines Henri ZONGO, LINGANI Boukary Jean -Baptiste et d'autres officiers dans le ROC ( Rassemblement des Officiers Communistes), organisation politique clandestine dont ils étaient les principaux animateurs.


Sous le régime du Comité Militaire de Redressement pour le Progrès National (CMRPN) dirigé par le Colonel Saye Zerbo, il est nommé Secrétaire d'Etat à l'Information le 08 septembre 1981. Il demissionne de manière spectaculaire huit mois plus tard (21 avril 1982) pour divergence idéologique avec le régime.


Cette démission qui fait étalage au grand jour des divergences au sommet de l'Etat aboutit le 07 novembre 1982 au coup d'Etat qui porte le Commandant Jean-Baptiste OUEDRAOGO au pouvoir avec l'avènement du Conseil du Salut du Peuple (CSP).Thomas SANKARA est nommé Premier Ministre en janvier 1983.


L'avènement du CSP n'avait pas résolu complètement les contradictions entre les tendances qui se disputent le pouvoir. Ainsi, le 17 mai 1983, le Capitaine Thomas SANKARA est démis de ses fonctions, arrêté et par la suite mis en résidence surveillée. Il faudra attendre l'organisation de la résistance par le Capitaine Blaise COMPAORE appuyé par le régiment de Pô, le Centre National d'Entraînement Commando (CNEC) et des organisations civiles de gauche pour voir la proclamation de la révolution le 04 août 1983 sous la direction du Conseil National de la Révolution (CNR). Thomas SANKARA est investi Président du CNR et Chef de l'Etat.


Sous la direction du CNR, un certain nombre de réformes historiques sont entreprises. On peut citer entre autres:


- la création des Comités de Défense de la Révolution (CDR), comme mode d'organisation du peuple;


- 20 décembre 1983: organisation de la première Semaine Nationale de la Culture à Ouagadougou;


- 03 janvier 1984: premières assises des Tribunaux Populaires de la Révolution (TPR) au cours desquelles la gestion des régimes passés a été jugée;


- 28 mars 1984: décision de construction de logements sociaux dénommés cités du 04 Août, accompagnée de lotissements à grande échelle dans les principales villes;


- 03 août 1984: changement du nom du pays Haute-Volta en Burkina Faso, changement de l'hymne national, de la devise du pays et de ses armoiries, de même que les noms des grands fleuves qui le traversent.


Mais au fil de la marche de la révolution, des différences d'appréciations, puis des divergences profondes entre les chefs historiques aboutiront à la tragédie du 15 octobre 1987 avec la mort de Thomas SANKARA et l'avènement du Front Populaire avec la rectification qui porte Blaise COMPAORE au pouvoir.


Source : La Petite Académie


La révolution burkinabé : les grandes orientations

http://abc.burkina.faso.free.fr/uploads/images/Thomas%20Sankara.jpg

Ce document a été réalisé par l’APASH (Association Pour une Alternative au Service de l’Humanité A.P.A.S.H) sous forme dépliant dans le cadre d’une campagne intitulée "Sankara , un avenir pour L’Afrique". Il constitue une excellente présentation synthétique de ce qu’a été la révolution burkinabè.



http://images.doctissimo.fr/photo/hd/9514135951/private-category/upper_volta_flag_large-397868290e.png

QUEL BURKINA en 1983 avant la révolution ?


La HauteVolta, pays de près de 8 millions d’habitants, très pauvre en ressources naturelles, était le fournisseur de main d’œuvre bon marché de toute la sous-région. Son économie dépendait de la vente à l’extérieur de ses produits agricoles et, financièrement, il vivait des aides internationales. Il était donc voué à appliquer les politiques dictées de l’extérieur. Mais…




http://www.evenement-bf.net/images/15oct_tomsank.jpgQUI ETAIT THOMAS SANKARA ?


Né en 1949, le capitaine Thomas Sankara est arrivé au pouvoir le 4 août 1983. Ce jeune militaire n’a cessé de susciter l’admiration des peuples par sa simplicité. Il se sentait dans la société plus un homme qu’un chef d’Etat. Beaucoup d’Etats lui rendent hommage : le lycée Thomas Sankara à Brazzaville en est un exemple. Les idées de ce jeune Africain sont des chemins tracés pour l’avenir de l’Afrique mais aussi de toute l’Humanité. Il défendait la cause de tous les délaissés du monde : "Je ne parle pas seulement au nom de mon Burkina tant aimé mais également au nom de tous ceux qui ont mal quelque part (…) Mon pays est un concentré de tous les malheurs des peuples". Thomas parle comme Lumumba, Cabral, Nkrumah, d’indépendance, de liberté des peuples, de solidarité, d’unité de l’Afrique, d’intégrité : "Le bonheur, le développement se mesurent ailleurs sous forme de ratios, de quintaux d’acier par habitant, (…) nous, nous avons d’autres valeurs."




http://www.soninkara.org/inc/images/news/afrique.jpgLA LIBERATION DE L’AFRIQUE


"On ne décide pas de devenir chef de l’Etat ; on décide d’en finir avec telle ou telle forme de brimade, d’exploitation, de domination. C’est tout."."Vivre africains, pour vivre libres et dignes"

Après la traite négrière et la colonisation, l’Afrique demeure toujours sous la domination de l’Occident. Cette domination apparemment non violente mais très destructrice est consciemment organisée par les pays riches pour continuer leur domination, sous une autre forme : les pays pauvres restent ainsi les fournisseurs à très bas prix des matières premières vitales à l’industrie occidentale. Sankara voulait libérer son peuple de cette logique là : mais l’avenir qu’il prônait ne peut être possible que si l’Afrique se libère totalement du joug occidental en s’unissant, en assurant son éducation de masse, en protégeant la santé de ses populations et la pureté de son environnement naturel et en se réappropriant ses richesses.


Après les indépendances, les pays du Nord se sont entendus afin de reconquérir le continent noir pour en exploiter les habitants, les ressources naturelles et financières. Cette politique a coutume d’être appelée "aide au développement" et s’est accompagnée d’offres de prêts qui ont poussé à la dette. Sankara l’évoque en ces termes : "Nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général la politique d’assistance et d’aide n’aboutit qu’à nous désorganiser, à nous asservir et à nous déresponsabiliser." " La dette est une reconquête savamment organisée de l’Afrique, (…) pour que chacun de nous devienne l’esclave financier.""C’est tout un système qui sait exactement ce qu’il faut vous proposer. (…) Ce sont des placements heureux pour les investisseurs."


Les P.A.S., aujourd’hui Initiative PPTE, imposés par la Banque Mondiale et le FMI (et qui ont, entre autres, causé le chômage, désorganisé le système éducatif et sanitaire depuis 80), sont la conséquence de cette dette : grâce à la dette, le FMI dirige les économies des pays pauvres. Pour mettre fin à cette politique "dirigée" et reconquérir l’indépendance, il propose :"Il faut proclamer qu’il ne peut y avoir de salut pour nos peuples que si nous tournons radicalement le dos à tous les modèles qu’[on a] essayé de nous vendre 20 années durant. Il ne saurait y avoir pour nous de (…) développement en dehors de cette rupture."


Vu le danger à s’engager seul dans un combat contre la dette, il supplie les chefs d’Etat africains le 29.07.87 à l’OUA de constituer un front uni :" Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous n’avons pas de quoi payer, (…) parce que nous ne sommes pas responsables de la dette.(…) que notre conférence [le dise] clairement. Ceci pour éviter que nous allions individuellement nous faire assassiner (…). Si le Burkina Faso, tout seul, refuse de payer la dette, je ne serai pas là à la prochaine conférence. " Au sortir de cette conférence, il est resté seul…le 15 octobre 87, 2 mois ½ après, il est abattu : Th. Sankara est mort pour la libération des peuples africains. Il a présidé 4 ans."Nous avons clairement conscience que nous dérangeons. La question est de savoir qui nous dérangeons : la minorité ou la majorité ?"



http://europeorient.files.wordpress.com/2009/04/fmi.jpgRELATIONS INTERNATIONALES et FMI


"Nous avons refusé les prêts de la BM pour alimenter des projets que nous n’avons pas choisis… Nous avons dit au FMI : ce que vous nous demandez, nous l’avons déjà fait. Nous avons réduit les salaires, assaini l’économie, vous n’avez rien à nous enseigner. Or, à chaque fois que nous parlions au FMI, il nous fallait fournir toujours de nouveaux gages. Il nous est apparu que ce qu’il cherche va bien au-delà d’un contrôle de gestion et que ce dont il s’agit n’est autre chose qu’un contrôle politique."


"Nous refusons les blocs. C’est notre ligne de fond. On ne peut pas se retrouver avec tel ou tel camp."


"Il n’y a pas de meilleure stratégie que le renforcement de la coopération Sud-Sud en matière d’assistance technique."




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/Flag-map_of_Burkina_Faso.svg/800px-Flag-map_of_Burkina_Faso.svg.pngDIGNITE ET INTEGRITE


Il change le nom du pays : la Haute-Volta devient Burkina Faso ("Pays des hommes intègres"). "On ne peut rien faire tant qu’on n’impose pas aux mentalités des schémas de rigueur". "Il nous faut travailler à décoloniser les mentalités, et réaliser le bonheur à la limite des sacrifices auxquels nous devons consentir"."Je souhaite que la conviction gagne tous les autres pour que ce qui semble être aujourd’hui des sacrifices devienne pour eux des actes normaux."


Sankara veut que les Burkinabè vivent "au niveau du pays réel". Il roule en Renault 5 et impose une sévère diminution des dépenses des dirigeants. La Lybie ayant pris en charge ses frais de mission, il les rendit à la caisse de l’Etat. "Lorsque nous recevons un Ambassadeur, nous l’amenons en brousse, il emprunte des routes chaotiques, il souffre de la poussière." L’empereur des Mossi sera privé d’électricité car ni son père ni lui n’ont payé depuis des années la facture. Sankara crée une émission radio : le mardi soir, les auditeurs peuvent, en direct, interpeller les dirigeants.


"Celui qui se bat contre les détournements de fonds est taxé de marxiste-léniniste.""La meilleure garantie contre la corruption, c’est le contrôle du peuple." Voilà enfin un pays où vous avez honte de proposer un "cadeau" à un douanier !" s’exclame un visiteur européen. Il lutte contre la corruption par des procès retransmis à la radio. Mais aucune peine de mort n’est demandée, juste des mises en résidence surveillée et le remboursement des sommes volées.


Le budget de l’Etat passe de 58 milliards de cfa en 83, dont 12 milliards partent à la dette, à 93 milliards en 87. En 83, le budget faisait apparaître un déficit de 695 millions de cfa ; en 84, de 1 million de cfa mais en 85, un excédent de 1 milliard 985.000 cfa.




http://svt.se/content/1/c6/76/56/92/Sank-2.jpg-250.jpgSOLIDARITE NATIONALE


"Le militaire doit vivre et souffrir au sein du peuple auquel il appartient, finie l’armée budgétivore. Désormais, elle sera aux champs (..), elle construira des écoles et des dispensaires dont elle assurera le fonctionnement, entretiendra les routes et transportera le courrier, les malades et les produits agricoles (…).L’armée nationale populaire ne fera de place à aucun militaire qui méprise son peuple, le bafoue et le brutalise"."Un militaire sans formation politique et idéologique est un criminel en puissance".


Dans les assemblées des Comités de Défense de la Révolution, jeunes, femmes et vieillards enfin se sentent concernés par leur destin et savent qu’ils peuvent l’orienter."Nous avons créé une caisse de solidarité révolutionnaire à laquelle des milliers de Burkinabè contribuent.""Où trouver l’argent [pour une route] ? Ca n’intéresse pas les bailleurs de fonds et si c’était le cas ils nous imposeraient des conditions qu’un pays aussi pauvre que le nôtre ne pourrait pas supporter. Alors, imaginons une solution : chaque Burkinabè verserait 800fcfa et en un an, le peuple burkinabè lui-même financerait la construction de cette route."




http://www.uprotex.org/local/cache-vignettes/L200xH150/arton108-e87b8.jpgINDEPENDANCE ET SOUVERAINETE

1. "Fabriquons et consommons burkinabè" Sankara porte le Faso Dan Fani, en coton local tissé au Burkina, pour utiliser les produits textiles. Le chiffre d’affaires de la branche "cuir et peaux" a doublé en une année grâce au lancement d’opérations "sacs d’écoliers", ou encore "étuis à pistolets". En 84, 400 tonnes de haricots verts ne peuvent être exportés, le gouvernement a mené campagne pour convaincre les Ouagalais de consommer…des haricots verts. C’est peut-être cela la véritable révolution dont rêve Sankara : vivre la réalité du pays, imaginer des solutions à la portée des Burkinabès, se remettre en cause tous les jours. "Je sais que je ne détiens pas la solution parfaite mais s’il n’y avait que 60% de juste dans ce que je décide, je le ferais. Et là, selon moi, nous sommes au-dessus de ce pourcentage."


Naissent une profondeur et une maturité insoupçonnables chez les jeunes : ils n’attendent plus l’assistance étrangère.


2. Souveraineté alimentaire et agriculture "Il est normal que celui qui vous donne à manger vous dicte ses volontés." "Quand vous mangez les grains de mil, de maïs et de riz importés, c’est ça l’impérialisme, n’allez pas plus loin". En 4 ans, le Burkina est devenu alimentairement indépendant. Les commerçants de céréales doivent respecter les prix fixés par le gouvernement. Les magasins d’Etat approvisionnent toutes les régions. L’aide aux coopératives amène le groupement des parcelles et permet l’usage des machines. Dans les coopératives, les jeunes, libérés de l’autorité des anciens, sont plus aptes au changement et aux initiatives modernes. Un tel bouleversement dans les habitudes s’est heurté à de fortes résistances : une telle réforme nécessite un effort, une volonté politique et des campagnes de sensibilisation.




http://abc.burkina.faso.free.fr/uploads/images/agriculture%20au%20Burkina%20Faso.jpgECONOMIE


"Notre développement passe d’abord par la maîtrise de l’eau, puis la création d’une industrie agro-alimentaire capable d’absorber et de conserver les produits agricoles. A quelle vitesse ? A la nôtre. Nous préférons de petites unités à mi-chemin entre l’industrie et l’artisanat. Nous préférons les "teufs-teufs" aux machines électroniques". " Nous ne sommes pas opposés à l’entreprise privée qui ne porte pas atteinte à notre honneur, notre dignité, notre souveraineté."




http://phototheque.solidairesdumonde.org/photos/02/01/742608665.jpgENSEIGNEMENT ET CULTURE


1. Aucun développement n’est possible sans des acteurs instruits. Mais le Burkina est pauvre :"100% du budget ne pourrait même pas suffire à scolariser tous les enfants". Pourtant, avec l’aide des populations, de 83 à 85, le taux de scolarisation est passé de 16,5% à 20,9% et, en 86, à 24% selon l’Unicef (avant, il augmentait de moins de 1%/an). En 85, il augmente de 16% le nombre d’enseignants. Pendant la saison sèche, il alphabétise les paysans désoeuvrés. On alphabétise en 10 langues du pays et on forme la population sur l’hygiène, la santé de base, la gestion pour les paysans et les commerçants.


2."Il n’y a pas de société humaine sans culture et de culture sans correspondance avec une société." Les semaines nationales de la culture, instaurées en 83, se déroulent à tour de rôle dans les villes du pays, ce qui permet la construction de salles de spectacles et de structures touristiques. On assiste à une forte augmentation du nombre de troupes. Sankara ajoute aux arts habituels batik, peinture, sculpture, bronze, tissage, stylisme, lutte traditionnelle, cyclisme amateur, cuisine, coiffure, masques, magie. La télévision offre une large place aux programmes culturels. Toute exportation d’objet culturel reconnu comme spécimen authentique doit être autorisée par la Direction du Patrimoine.




http://eduquenoy.chez-alice.fr/Photos/Img_burkina.jpgENVIRONNEMENT (Déforestation et eau)


On se mobilise aujourd’hui contre le réchauffement climatique et la déforestation ; Sankara s’en inquiétait depuis 86 :"La perturbation impunie de la biosphère se poursuit. (…) Ces engins qui dégagent des gaz propagent des carnages".


1. 94% de l’énergie venait du bois : "Si l’on mettait bout à bout des charrettes traditionnelles de transport du bois, il ferait 4,5 fois la distance du nord au sud de l’Afrique". Chaque famille doit planter 100 arbres chaque année pendant 5 ans : en 15 mois, 10 millions d’arbres ont été plantés pour faire reculer le Sahel. Si chaque pays africain agissait ainsi, le combat contre la déforestation serait gagné sans recours à l’Occident !"Il est interdit d’écrire sur un seul côté d’une feuille". En 88, un ambassadeur allemand déclarait avoir planté 50 arbres en 3 ans de mission. Pour se marier, on se présente à la mairie avec de jeunes arbres à planter. Promotion du gaz et des foyers améliorés. Il lance "les 3 luttes" : contre la coupe abusive du bois, la divagation des animaux et les feux de brousse. Ces campagnes devaient s’étaler sur nombre d’années...


2. Construction de barrages, de retenues d’eau, aménagement de sites anti-érosifs avec les populations. Une retenue d’eau coûtait 30 millions cfa ; avec la participation des gens et des ONG, ce coût tombe à 12,5 millions. 18 barrages construits en 85, contre 2 en moyenne avant Sankara. Le bilan officiel fait état d’une réalisation du Programme Populaire de Développement de 80% en 86, ce qui est un succès compte tenu de l’ampleur des objectifs.




http://www.jeuneafrique.com/photos/2009031211595820.jpgSANTE


"Un village, un poste de santé primaire. Mais si on veut assurer des soins entièrement gratuits à chaque Burkinabé, tout le budget de L’Etat y passera sans que satisfaction soit obtenue"(Ministre de la Santé). Les communautés doivent choisir parmi elles un agent de santé et une accoucheuse auxiliaire. On vaccine 2 millions ½ de Burkinabès : l’OMS félicite Sankara. Il éradique la polio, la rougeole et la méningite faisant chuter le taux de mortalité infantile alors le plus haut d’Afrique. Hospitalisation : avec un certificat d’indigence, gratuité totale (paysans notamment). Mise en place de la médecine du travail avec soins gratuits. Des guérisseurs sont consultés à l’hôpital. Le prix des médicaments est uniformisé.




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/16/Ouagadougou_SPOT_1087.jpg/325px-Ouagadougou_SPOT_1087.jpgLOGEMENT et URBANISATION


"Nous tentons de réduire au maximum la diffé

rence entre la ville et la campagne en développant en campagne toutes les infrastructures pour rendre agréable la vie en campagne et freiner (…) l’exode rural.". Les habitations spontanées, c’est-à-dire sans adduction d’eau ni électricité ni évacuation des eaux sales et autres ordures ménagères qui abritaient 60% des habitants couvraient 65% du territoire de la ville. Nul autre gouvernement n’aurait pu se permettre ce qu’a fait celui de Sankara. Au début de la révolution, mobilisée, la population d’un quartier se retrouvait soit pour ramasser les ordures, creuser ou réfectionner les caniveaux, boucher les trous des routes. Puis, ce fut la destruction des quartiers insalubres. 62.000 parcelles ont été distribuées entre 83 et 87, plus qu’entre 60 et 83. Il fallait plus d’un million pour obtenir une parcelle ; depuis la révolution, l’Etat n’exige qu’un dépôt de 25.000cfa pour un coût total de 90.000cfa. Le loyer d’une villa était passé de 40.000 à 160.000cfa entre 72 et 80 : l’Etat impose, dès 84, 60.000 maximum. Un studio est à 7000cfa s’il est muni de l’eau et du courant, 3000 sinon. Dans les nouvelles cités construites parfois loin du centre, la location-vente d’un 3 pièces ne devrait pas dépasser 10.000cfa par mois et tous les logements ont eau potable, téléphone, électricité, évacuation des ordures et des sanitaires. En 87, comparé à Bamako, le progrès accompli à Ouaga était flagrant.


http://taxibrousse.files.wordpress.com/2008/04/place-de-la-femme.jpg?w=284&h=426

LA FEMME


"L’émancipation de la femme passe par son instruction et l’obtention d’un pouvoir économique. Le travail au même titre que l’homme, les mêmes droits et devoirs sont des armes contre l’excision et la polygamie, armes que la femme n’hésitera pas à utiliser pour se libérer elle-même et non par quelqu’un d’autre."


Source : www.thomassankara.net



 

Victime d’un coup d’état, son « lieutenant », Blaise Compaoré, s’est installé au pouvoir.


http://thomassankara.net/IMG/jpg/normal_sankara20ans11.jpg

 

Jeudi 15 octobre 1987. Il est 16 heures. Des armes crépitent au Conseil de l’entente, l’état-major du Conseil national de la révolution à Ouagadougou, tout près des ministères et de la présidence. Un groupe de soldats para-commando vient de débarquer avec, à l’évidence, pour mission de liquider tout le monde.


Dans la cour, tous les gardes sont abattus. Dans un bureau, le capitaine Thomas Sankara en réunion avec des conseillers lance à son entourage : « restez-là, c’est moi qu’ils veulent ! » Le président, en tenue de sport, se précipite dehors les mains en l’air. Mais il est immédiatement fauché à l’arme automatique. Aucun de ses gardes ni conseillers ne sera épargné. En tout, une quinzaine de personnes sont abattues. Ils seront tous enterrés à la hâte, la même nuit, au cimetière de Dagnoen, un quartier de l’est de Ouagadougou.


Dans toute la zone de la présidence et du Conseil de l’entente, militaires et civils courent dans tous les sens.


Les Burkinabés qui sont au bureau ou à la maison se précipitent vers les postes transistors. Sur Radio Burkina, les programmes sont suspendus. On ne diffuse plus que de la musique militaire. Pour des Burkinabés déjà habitués aux coups d’État, c’est un signe qui ne trompe pas : le pouvoir a changé de main. La confirmation ne tarde pas. Un communiqué lu à la radio par un officier annonce notamment la démission du président du Faso, la dissolution du Conseil national de la révolution et proclame la création d’un Front populaire dirigé par le capitaine Blaise Compaoré, jusque-là numéro deux du régime révolutionnaire.

 

La confusion est totale. Le citoyen de base ne comprend pas pourquoi un règlement de comptes aussi sanglant entre deux leaders considérés comme « amis et frères ».

Mais les observateurs, eux, ne sont pas surpris. Depuis quelques mois, la guerre des chefs avait commencé au sommet de l’État entre les deux capitaines, numéros un et deux du régime.


L’entente entre ces deux hommes, qui partageaient même des repas familiaux ensemble, s’effritait alors que la révolution déclenchée le 4 août 1983 entamait tout juste sa cinquième année.


A Ouagadougou, les rumeurs de coup d’État se faisaient de plus en plus persistantes. « Le jour que vous entendrez que Blaise Compaoré prépare un coup d’État contre moi, ce n’est pas la peine de me prévenir. Car, ce serait trop tard », avait lancé avec prémonition Thomas Sankara à des journalistes.


Il faisait ainsi allusion à la forte amitié qui le liait à Compaoré. Par naïveté ou par impuissance, le charismatique chef de la révolution burkinabé n’échappera donc pas aux balles de son entourage.

 

L’effet d’une bombe sur le continent

 


Sa mort fit l’effet d’une bombe.

Au Burkina et partout sur le continent, tout le monde est sous le choc. La consternation est générale notamment au sein de la jeunesse africaine.

 

 

Le rêve placé dans ce jeune officier de 38 ans vient de se briser. Arrivé au pouvoir 4 ans plus tôt à la suite d’un coup d’Etat mené par un groupe de jeunes officiers, le capitaine Thomas Sankara avait engagé une révolution pour changer les mentalités dans son pays, la Haute-Volta, l’un des États les plus pauvres de la planète. Il encourage ses compatriotes à compter sur leurs propres forces. Son gouvernement engage alors de vastes chantiers dans les domaines de la production, de l’éducation, de la santé, du logement, des infrastructures, etc.


Source : www.thomassankara.net

 


 

Thomas Sankara

(documentaire de Balufu Bakupa-Kanyinda)









Quelques livres

- Andriamirado Sennen :


     Il s'appelait Sankara, Paris, Jeune Afrique Livres, 1989

     Sankara, le rebelle, Paris, Jeune Afrique Livres, 1987

 

 -Ludo Martens, Sankara, Compaoré et la révolution burkinabé. EPO (Anvers), 1989


- Bruno Jaffré, Burkina Faso. Les années Sankara, de la révolution à la rectification. L'Harmattan, 1989


- Valère D Somé, Thomas Sankara, l'espoir assassiné, L'Harmattan, 1990


 -Thomas Sankara, Oser inventer l'avenir, Pathfinder, 1991


-Thomas Sankara, L'émancipation des femmes et la libération de l'Afrique, Pathfinder, 1990, 2001, 2008.


- Basile Guissou, Burkina Faso, un espoir en Afrique. L'Harmattan, 1995


- René Otayek et Al., Le Burkina entre révolution et démocratie, 1983-1993, Karthala, 1996


- Bruno Jaffré, Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort, L'Harmattan, 1997


 -Sawadogo, Alfred Yambangba, Le Président Thomas Sankara : chef de la Révolution burkinabé, 1983-1987 : portrait, Paris/Montréal, l’Harmattan, 2001.


 -Thomas Sankara parle. La révolution au Burkina Faso (1983-1987), 2e édition, Pathfinder, 2007


-Bruno Jaffré, Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort, édition revue et augmentée, L'Harmattan, 2007

Commenter cet article