Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site des sinistrés : le calvaire des enseignants

Publié le par nassaramoaga


Les établissements scolaires installés sur les sites des sinistrés du 1er septembre 2009 ont ouvert leurs portes, à l’image des autres écoles du Burkina. Les enseignants s’efforcent, malgré les conditions difficiles, d’apporter le savoir à ces enfants en situation difficile. Mais parfois, c’est simplement le calvaire que vivent ces maîtres et maîtresses.

Lorsqu’on arrive devant l’école installée sur les sites des sinistrés de l’Institut national de la jeunesse, des sports et de l’éducation physique (Injeps), on est aussitôt accueilli par une odeur nauséabonde, dont souffrent énormément les enseignants et les élèves. « Nous sommes exposés à ces odeurs tous les jours, du matin au soir. On passe le temps à cracher et si on n’y prend pas garde on risque de tous tomber malades », se lamente la directrice de l’école du site de l’Injeps, Mme Ouédraogo Bintou. Dur donc de travailler dans de telles conditions. Mais la responsable de l’école, en bonne pédagogue explique que ses collègues et elle ont décidé d’exercer un métier de sacerdoce, et se doivent donc de s’adapter à tous les contextes.

Cependant, elle souhaite que les sinistrés soient plus regardants sur la propreté et l’hygiène, en ce qui concerne leur environnement. Et surtout, que les salles de classes ne soient pas utilisées comme des dortoirs ou des douches. Pire, Mme Ouédraogo confie que des préservatifs usagés sont ramassés chaque matin dans les salles de classe. Comble de tout, certains occupants des lieux n’hésitent pas à déféquer devant les salles de classe, une fois la nuit tombée. Et malheureusement, le cri de détresse des enseignants ne semble pas encore avoir été entendu par les responsables du site et les parents d’élèves.

Hormis ce calvaire, les cours se déroulent correctement et les 143 élèves, 71 filles et 62 garçons, inscrits dans l’école sont assidus aux cours. Les classes disponibles vont du cours préparatoire première année (CP1) au cours élémentaire deuxième année (CE2).

Source: fasozine

Commenter cet article