Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le père Saturnino équipe les femmes de Kari

Publié le par nassaramoaga

     Il a été inauguré le 24 octobre 2009 à Kari, un village de la commune rurale de Tanghin-Dassouri, un château d’eau de 5000 litres équipé d’une pompe solaire. Réalisées au profit des femmes de ladite localité pour des activités maraîchères, ces installations sont le geste du père Saturnino, un missionnaire venu d’Espagne.


 

Des femmes de Kari, dans la province du Kadiogo, au nombre de 76, se sont organisées en groupement, dénommé Delwendé. Avec le soutien du chef de leur village et grâce à l’appui de la Fondation nationale pour le développement solidaire (FONADES), elles pratiquent depuis quelques années le maraîchage (choux, oignons, tomate,…) en saison sèche.


Malgré ces efforts conjugués à saluer, le groupement était confronté à certaines difficultés. Sans compter les femmes qui frappaient à sa porte, 20 de ses membres ne disposaient pas de terres aménagées. Contre toute attente, elles reçoivent un matin en 2006 la visite de Marie Rose Sandwidi, messagère du père Saturnino, un missionnaire espagnol ayant séjourné deux décennies à Kaya, à Tèma-Bokin, à Tougri et à Boulsa.


L’offre de ce religieux : un appui dans le maraîchage. Plusieurs villages comme Boulsin, Konkin, Pabré et Poédogo sont concernés, mais le premier à satisfaire aux conditions a été Kari, dont les femmes se sont distinguées par leur ardeur au travail.


Le père Saturnino a débuté le partenariat par une formation puis l’aménagement d’un périmètre de 0,25 ha et un puits pour les 20 autres membres du groupement.

Par la suite, face aux conditions de travail harassantes des femmes, le missionnaire, grâce au concours d’agronomes d’Espagne, installe un château d’eau de 5000 litres équipé d’une pompe solaire amorphe et d’une tuyauterie à travers tout le périmètre.


L’équipement a été inauguré le 24 octobre dernier, en présence du maire de la commune rurale de Tanghin-Dassouri, Adama Zongo, et du chef de zone d’agriculture de cette localité, Emmanuel Zoungrana, venus se joindre à la population pour témoigner leur gratitude au père Saturnino et à ses compatriotes agronomes qui l’ont soutenu dans la réalisation de ce projet.


Ce geste, a dit le chef de Kari, ne profite pas qu’aux femmes, car avec les revenus de leurs activités elles subviennent aux besoins des ménages (nourriture, santé, frais de scolarité des enfants…). Il a souhaité l’aménagement de rizières dans le village. Le maire a promis l’examen de cette doléance par le conseil municipal.

Le père Saturnino, bien que vivant en Espagne, a dit être attaché au Burkina. C’est lui, faut-il le préciser, qui a lancé la production de semences de l’oignon violet de Galmi à Tougri. Il a pris l’engagement dans son pays de travailler pour le Burkina à travers diverses activités dont l’appui aux femmes maraîchères pour leur permettre de s’occuper en saison sèche.


Avec le système mis en place à Kari, les peines des femmes seront considérablement réduites, car, selon le donateur, au lieu de « 4 heures pour mal arroser un lopin de terre, elles pourront désormais bien le faire en une demi-heure sur une aire de 2000 m2 ».

C’est aussi l’avis d’Elizabeth Kourabié, l’agent de vulgarisation agricole à Kari, qui a indiqué que cela permettrait aux femmes de produire plus de légumes tels que les choux, les oignons, la tomate, et de pouvoir ainsi améliorer les conditions de vie des ménages.


Source : Hamidou Ouédraogo ( L'observateur Paalga )

Commenter cet article