Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KISITO

Publié le par nassaramoaga


                         Kisito BATIONO est né en le 13 juillet 1966 à Réo, au Burkina Faso. Petit-fils d’un joueur de tambour traditionnel, fils d’un flûtiste, il a grandi au sein d’une famille qui était en charge d’accompagner musicalement les fêtes traditionnelles de son village. Durant sa scolarité, il chante à la Chorale St Pierre de Gounghin, puis à l’orchestre de son lycée.
Son premier contact avec la musique reggae date de 1981. Très vite, il a fait siens les rythmes et les paroles engagées du reggae. On perçoit cette double influence ( musique traditionnelle- reggae) dans les chansons de Kizito : on y reconnaît les sons traditionnels de son enfance, mêlés aux sentiments de rébellion contre toute forme d’injustice qu’il a connus dans sa jeunesse et retrouvés dans le reggae.

Après ses études universitaires, tout en enseignant la biologie et les mathématiques, Kizito joue avec plusieurs orchestres de la capitale Ouagadougou. En chantant dans divers piano-bars et divers lieux culturels, il a l’occasion de toucher à plusieurs autres styles d’interprétation (afro-beat, blues, salsa,…etc). Parallèlement, il fait une maquette en studio de deux de ses compositions, Tyrannie et Rastaman.

Entre 1995 et 1997, ses fonctions de directeur de lycée ne lui permettent plus de faire autant de musique. Néanmoins, les 1 et 2 septembre 1996, il se produit au Théatre Populaire de Koudougou en première partie de Chantal Taïba et Grand-Père, deux stars ivoiriennes du moment. Le 31 décembre 1996, il interprète Tyrannie et Rastaman lors d’une émission de la Télévision nationale, BYE BYE 96. En août 1998, Kizito interprète ses compositions dans le cadre du Festival de Jazz de Crest, dans le sud de la France. A son retour, il forme “ Kizito et les Taimbissi ” (Kizito et les jeunes du coin, en langue moore), groupe qui ne tournera pas longtemps, faute de moyens.Quelques mois plus tard, Kizito parvient à regrouper d’autres musiciens de Ouaga et commence à travailler sur son premier album.

En juillet 1999, Kizito rentre en studio à Ouagadougou. Il choisit de faire un enregistrement “ live ”, préférant le son authentique des instruments à un son programmé.
Une soirée de dédicace au Zaka Club de Ouaga le 23 décembre 1999 marque la sortie officielle de l’album TYRANNIE. Kizito et ses musiciens y interprètent 4 morceaux en live.
En décembre 99 et janvier 2000, il tourne les clips de Tyrannie et Suuri , toujours à Ouaga.
En février 2000, l’album reste trois semaines en tête du Hit Parade de la Radio Nationale Burkinabé (RNB). En juin 2000, Kizito remporte un vif succès en concert à Koudougou, Réo et Bobo.
Peu de temps après, il se rend en France où des contacts professionnels l’appellent.
En août 2000, la rencontre avec des musiciens européens permet à Kizito de constituer une formation, et, au bout d’un mois, de participer avec elle à deux festivals dans le sud-ouest de la France : à Niort (CHABIFOU 2000) et à Poitiers (POITIERS – PRESSE-PAPIERS).

D’inspiration reggae, la musique de Kizito se veut donc influencée aussi par la musique traditionnelle et folklorique. Qu’ils soient composés en lélé (langue gourounsi), en français ou en anglais, tous les titres de Kizito sont porteurs d’un message –les messages de paix et d’amour .


Source : www.koraawards.org



 




Commenter cet article