Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Destination finale : Basséko, Yagma ou Dar-es-Salam »

Publié le par nassaramoaga


                 Le 30 novembre 2009 au plus tard les propriétaires des 23 000 maisons emportées par le déluge du 1er septembre seront définitivement relogés dans l’arrondissement de Sigh-Nonghin notamment dans les villages de Yagma et  Le 30 novembre 2009 au plus tard les propriétaires des 23 000 maisons emportées par le déluge du 1er septembre seront définitivement relogés dans l’arrondissement de Sigh-Nonghin notamment dans les villages de Yagma et Basséko, voire Dar-es-Salam. L’Etat y pourvoira en parcelles viabilisées, en matériaux et en argent ( le tout estimé à 280 000 FCFA /ménage et 50 000 FCFA /locataire). Le tout coûtera la bagatelle de 8,6 milliards de FCFA. Ce sont les principales informations données par le Premier ministre, Tertius Zongo, lors d’un point de presse donné au ministère des Affaires étrangères, hier 15 octobre, qui se voulait celui du bilan et des perspectives de la gestion de ce mini-Tsunami.


 

Trois phases, selon le chef du gouvernement, ont marqué la gestion de cette catastrophe : la première bien sûr a consisté à parer au plus pressé en sauvegardant des vies et à prévenir les pandémies. La seconde, à caser les sinistrés sur les sites. Concernant ces lieux d’hébergement alternatifs, actuellement plusieurs ont été aménagés à Ouagadougou, deux dans les communes de Saaba et Komsilga et un autre à Kaya. En fait, cette étape a concerné le transfert des sinistrés des écoles où ils étaient parqués, vers les 2035 tentes dressées à cet effet. Cette seconde phase (du 20 septembre au 11 octobre) a concerné de l’avis du PM, 14 470 sinistrés, soit un décroissement de 60 000 personnes. Et dans la foulée, 1911 élèves avaient été scolarisés.


Une troisième phase dite phase finale se profile déjà à l’horizon et elle se ramène à cette interrogation qui turlupine non seulement les sinistrés mais aussi le gouvernement et résumée ainsi par Tertius Zongo : « Comment reloger définitivement toutes ces familles qui ont perdu leur habitation mais aussi leurs ressources, du jour au lendemain ? ». Le conseil des ministres en sa séance du mercredi 14 octobre a pris un certain nombre de décisions relatives à la résolution de cette question existentielle, décisions portées à la connaissance de la presse, hier 15 octobre.


Ainsi, sont concernés par le relogement ceux qui étaient dans les zones non loties inondables et les zones loties. Mais attention, il faut faire la part des choses, a signifié le gouvernement :en zones loties submersibles, il y a environ un peu plus de 13 000 maisons, et en zones non loties inondables, c’est-à-dire « tout ceux qui étaient installés un peu le long du barrage de Tanghin, la mairie avait fait le recensement, on a la liste et comme le papier du Blanc ne ment pas, on a le listing des propriétaires des maisons... ». De toute façon, les « non loties » tombées se chiffrent à sensiblement 11 500 cas. Enfin, concernant les zones non loties non inondables il y a 3500 maisons. Toutes seront rasées, car il n’est plus question que des gens s’y installent, a signifié le PM.


« Et concrètement, cette aide sera accordée en fonction de critères prédéterminés sous la forme d’une distribution de matériaux de construction aux familles attributaires de parcelles et en numéraires à celles précédemment en régime de location », a laissé entendre Tertius Zongo dans son mot liminaire.


Il en donnera les détails lors des échanges avec les journalistes. Actuellement, 15 000 parcelles de 200 mètres carrés chacune sont en train d’être viabilisées à Bassinko et à Yagma. Cet aménagement et l’appui en matériaux de construction coûteront respectivement 6,580 milliards de FCFA et 2,1 milliards, si fait que cette ultime étape de la gestion des sinistrés s’élève à 8,6 milliards de FCFA.


Chaque famille attributaire de parcelle recevra 280 000 FCFA et chaque famille locataire 50 000 FCFA. « Il ne faut pas que ceux qui étaient en location s’attendent à recevoir une parcelle, ni que des gens s’éternisent sous les tentes dans l’espoir d’avoir une parcelle...ceux qui étaient en location peuvent dès demain partir », paroles de Tertius Zongo. Dans tous les cas, le 30 novembre est la date butoir pour donner un toit à ces sinistrés « car on ne peut pas aborder l’harmattan avec ces personnes sous les tentes », a lâché encore le Premier ministre.


En outre, il y a toujours les questions d’infrastructures comme l’hôpital Yalgado dont les services ont été délocalisés et disséminés à travers plusieurs CMA. Enfin, concernant la gestion des ressources allouées à ces sinistrés, un point journalier est fait, et foi du PM, en temps opportun le conseil de gestion que préside l’ex-PCA de la banque UBA, Gaspard Ouédraogo, fera le point.


Source: Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana ( l'Observateur paalga )

Commenter cet article