Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beaucoup d’exploitants, peu de ressources

Publié le par nassaramoaga

http://www.lefaso.net/local/cache-vignettes/L350xH232/pay1-c1e97.gifLes maraîchers du périmètre irrigué de Nagréongo ne savent plus où donner de la tête. Depuis une dizaine de jours, ils n’ont plus d’eau dans le barrage pour arroser les plantes. Impuissants, ils assistent à l’assèchement de leurs cultures.


Plus de 215 exploitants sur une superficie de 15 ha seulement. C’est la triste réalité du périmètre maraîcher de Nagréongo situé à Banguinsom, dans l’Oubritenga. D’année en année, le nombre d’exploitants ne fait que croître, selon le directeur provincial de l’Agriculture de l’Oubritenga, Pierre Barthélémy Ilboudo. La conséquence logique de cette forte demande est la rareté de l’eau. En effet, depuis le début du mois de février, la retenue d’eau de Baguinsom dont dépend plus 200 producteurs est quasiment asséchée. "Cela fait 10 jours que je n’ai pas arrosé mes plants. Tous mes efforts pour sauver ma petite exploitation sont vains.


Je ne sais plus à quel saint me vouer", a déclaré Kalizèta Compaoré, l’une des plus anciennes du périmètre. Tout comme Kalizèta, la désolation se lit sur tous les visages. En particulier les membres du groupement féminin Vegebzanga pour qui l’exploitation du périmètre, est une source d’autonomie financière.


"C’est grâce aux revenus que je tire de la vente de mes productions, que j’arrive à payer des habits pour mes enfants et assuré leur scolarité", a confié Asseta Compaoré. Et de poursuivre : "Nos regards sont tournés vers les autorités à qui nous demandons de trouver une solution à notre problème. A défaut, nous n’allons plus pouvoir envoyer nos enfants à l’école".


Beaucoup d’exploitants, peu de ressources


Au départ, la superficie totale aménagée pour la culture maraîchère s’élevait à 9 ha. Cet aménagement a été, selon Pierre Barthélemy Ilboudo, prévu ainsi en fonction de la ressource en eau disponible. Aujourd’hui, la superficie totale exploitée est de 15 ha soit 6 ha de plus à cause de la forte augmentation des besoins en terres cultivables. C’est l’une des raisons qui explique l’assèchement de l’eau. A cela s’ajoutent la mauvaise pluviométrie enregistrée dans la région cette année, ainsi que l’ensablement.


Pour Abdu Nignan, président de l’Union provinciale des producteurs de la Sissili qui a pu visiter ce périmètre à la faveur de la visite de terrain organisée au profit des producteurs, à l’occasion de la Journée nationale du paysan, cette situation est vécue par beaucoup d’autres producteurs à travers le pays. "Malgré leur bonne volonté, les paysans sont confrontés à d’énormes problèmes de disponibilité de retenues d’eau pour les cultures de contre-saison", a-t-il reconnu.


Et d’appeler les autorités à trouver des réponses urgentes à cette question qui, selon lui, freine le développement du Burkina. "Dans toute la Sissili, il n’y a qu’une seule retenue d’eau, celle de Boura à 45 km de Léo", a-t-il signifié avant d’ajouter que ce ne sont pourtant pas les bas-fonds qui manquent dans sa province.


Malgré les difficultés du périmètre maraîcher, les retombées en terme de revenus pour les exploitants sont inestimables. La plupart doivent leur survie à la vente des produits issus du périmètre, dont un groupement de 110 femmes. L’oignon, la principale spéculation se vend bien. Selon Asseta Compaoré, leurs principaux clients sont les Togolais qui viennent acheter ses productions jusque dans les champs.


Pendant l’hivernage où l’activité est au ralenti, les femmes écoulent leurs produits dans les différents marchés de la localité. La production attendue est évaluée à 300 tonnes d’oignon soit un chiffre d’affaires prévisionnel de 60 millions de F CFA. Seulement l’eau a disparu avec l’espoir des exploitants.


Fatouma Sophie OUATTARA pour Sidwaya

Commenter cet article

lizier 06/03/2010 06:19


Bonjour,
Je viens de visiter votre blog que j'ai trouvé bien sympa.

Je suis graphiste freelance si ça vous tente vous pouvez venir découvrir ce que je fait

Il me fera plaisir de répondre à votre demande si vous êtes intéressé par mes services.

http://www.nicolaslizier.com/

Bonne continuation

Nicolas graphiste au Canada