Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

48 heures de liesse populaire au nom d’un patrimoine

Publié le par nassaramoaga


Les fils et filles de la commune rurale de Loropéni ont fêté les 30 et 31 octobre 2009, l’inscription du site des ruines de Loropéni sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’événement a été placé sous le patronage du président de l’Assemblée nationale et le coparrainage du gouverneur, Kilimité T. Hien, de la députée Naba Diané.

Deux jours pleins pour fêter et célébrer l’inscription des ruines de Loropéni sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est ce qu’ont décidé les ressortissants de la commune rurale de Loropéni, localité située à 47 km de Gaoua sur l’axe Gaoua-Banfora. L’idée a été matérialisée les 30 et 31 octobre 2009, à travers l’événement dit “journées des ruines de Loropéni”. Les populations de la région du Sud-Ouest et les Burkinabè en général, ont encore en mémoire cette date historique du 26 juin 2009 à Séville en Espagne, jour au cours duquel le site des ruines de Loropéni a été inscrit sur la prestigieuse liste des biens archéologiques de l’humanité. Fierté légitime donc pour les habitants de la localité qui ont contribué à la préservation du site. Il fallait ainsi manifester aux yeux du monde cette joie ressentie.


Les ruines de Loropéni : une fierté nationale




Le conseil municipal de Loropéni, selon son premier responsable, a d’ailleurs décrété la date du 26 juin, “journée des Ruines”. En attendant, les prochaines années, les ruines de Loropéni ont été l’objet de réjouissances les 30 et 31 octobre 2009. Tous les fils et filles de la région y ont convergé, des milliers de Burkinabè aussi, ainsi que des touristes venant d’autres contrées du monde. La liesse populaire était au rendez-vous, à travers des expositions d’objets d’art et l’art culinaire, des soirées culturelles, la visite du site. 


La journée solennelle de célébration des ruines de Loropéni est intervenue, samedi 31 octobre 2009, en présence de Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée nationale (accompagné d’une vingtaine de députés membres de la Commission de l’emploi, des affaires sociales et culturelles), du ministre Filippe Savadogo, de la députée Naba Diané/Kambiré, marraine et de plusieurs autres personnalités et représentants du corps diplomatique. Que de paroles à l’assistance pour témoigner de l’importance désormais affichée partout de ce site culturel et touristique mais aussi rappeler la nécessité d’efforts conjugués pour sa promotion, sa valorisation et sa conservation. “L’organisation de telles journées permettra, sans nul doute, d’informer et de sensibiliser les populations sur les enjeux et les défis liés à l’inscription des ruines au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle permettront aussi aux populations du Sud-Ouest et celles de Loropéni en particulier, de s’approprier réellement ces ruines, et de contribuer ainsi à leur valorisation” s’est convaincu le président du comité d’organisation. Pour le gouverneur de la région du Sud-Ouest, le colonel Pascal Komyaba Sawadogo, l’inscription des ruines de Loropéni ouvre une ère nouvelle pour le rayonnement culturel de notre pays au plan international : “Elle favorisera le développement du tourisme dans la région du Sud-Ouest et génèrera des devises importantes pour le développement national. Les Ruines constituent un patrimoine à protéger, à préserver afin qu’elles nous donnent non seulement des réponses à nos interrogations, mais également qu’elles demeurent un outil économique”, a-t-il souligné. C’est dans ce sens qu’il a été jugé utile de procéder à l’installation d’un conservateur de ce site touristique.


Le Dr Lassina Simporé pour opérer la “chirurgie esthétique” de Loropéni


La personne nommée par arrêté ministériel pour occuper le poste de conservateur est le Dr Lassina Simporé, maître-assistant en archéologie africaine et membre du comité scientifique ayant opéré les recherches avant son inscription. Il a été officiellement installé dans ses fonctions par le gouverneur du Sud-Ouest. 


Dans son adresse, le nouveau conservateur a sollicité le concours de tous dans sa tâche de mettre en valeur le site des ruines de Loropéni. 


Du reste, le nouveau conservateur est celui-là même qui a animé la conférence publique à la mairie de Loropéni, vendredi 30 octobre 2009 sous le thème :”Les ruines de Loropéni : histoire d’une inscription, fonctions, enjeux et défis”. Une occasion pour lui, d’exposer les actions à entreprendre avec les populations dans le sens de la protection et de la conservation, son plan de gestion et la vision d’ensemble du site des ruines de Loropéni, à savoir une opportunité de développement de la région.


Source : Ismaël BICABA ( Sidwaya )

Commenter cet article