Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inondations à Ouaga

Publié le par nassaramoaga

Inondation
La rançon de nos turpitudes

                                                                                                Les inondations du 1er septembre ont été l'occasion d'une extraordinaire mobilisation sociale en faveur des sinistrés. L'élan de solidarité a traversé toutes les composantes de la communauté nationale qui continuent de témoigner par des gestes divers leur attachement à des valeurs sociales sacrées de partage et de fraternité. Toutefois, passés les moments d'émotion, les Burkinabè commencent à réaliser que ce qui leur arrive n'est pas fortuit. La pluie diluvienne par son caractère massif et instantané est certes exceptionnelle, mais ses conséquences auraient été moins graves si des mesures préventives avaient été prises. Mais l'insouciance des Burkinabé et l'irresponsabilité de nos dirigeants ont alimenté le cocktail détonnant auquel nous avons assisté. Il ressort en effet que Ouagadougou est entièrement à la merci des eaux de pluie. C'est le constat qui ressort de notre enquête qui pointe particulièrement la responsabilité de l'autorité politique. Il ressort en effet que nombre d'édifices endommagés par la pluie sont situés dans des zones inconstructibles : l'hôtel des finances du secteur 11 est installé dans le canal du barrage, la Direction de la propreté est bâtie dans la zone non lotie du barrage, le siège du Fespaco, le musée de l'armée, le stade Réné Monory et tous les terrains concédés aux privés pour ériger des bâtiments ( Watam, SKV, l'Eglise Jean XXIII, le garage du pont du Kadiogo). Quand l'Etat lui-même ne respecte pas la loi, comment peut-il se porter garant d'une politique de fermeté vis-à-vis des Burkinabé. C'est ça le drame des Burkinabé. La catastrophe du 1er septembre permettra t-elle de tirer des leçons ? Il faut l'espérer. En attendant, la gestion de la catastrophe est la préoccupation la plus immédiate. Des appréhensions se font déjà jour sur la capacité de nos responsables à gérer les aides dans la transparence et l'équité. Les Burkinabé échaudés par les expériences du passé se méfient désormais et ils n'ont pas tort. Il leur appartient doncde faire la preuve que cette fois ne sera pas comme avant....

Source sur "l'Evenement"

Commenter cet article

Gerard Penkhoss 24/10/2010 15:48


ma contribution pour les inondations, le clip que j ai realise et mis en ligne pour le 1er septembre à Ouaga
http://www.youtube.com/watch?v=8ESYz-BBZys