Recommander

vote pour l'article

Playlist

recettes

Dimanche 13 décembre 7 13 /12 /Déc 15:17
- Par nassaramoaga
C'est un plat de luxe que l'on mange chez les Mossis au Burkina.
En saison sèche, on mange le " gonré lisse ", c'est à dire préparé uniquement avec des haricots. Au moment de l'hivernage ( de juin à octobre environ ), on le prépare avec des feuilles d'haricots, il est alors " rugueux ".

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7d/CORNILLE.JPG

Ingrédient ( pour 6 personnes )

-Haricots : 500gr
-Huile, sel, piment sèché
-Potasse : 1 pincée


Préparation

Faire tremper les haricots pendant 30 minutes. En enlever la peau. Les piler et les http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c5/Vigna_unguiculata_Blanco2.285.pngécraser à la meule. Ajouter un peu d'huile ( qui peut être remplacée par une noix de beurre de Karité ), de la potasse, du sel et du piment sèché.

faire des boules qu'on enveloppe dans des larges feuilles.

Disposer les boules dans un couscoussier, et les faire cuire 1h30.

Pour les manger, on enlève les feuilles et on les accompagne d'huile d'arachides ou de coton.



Bon appétit !!!
Publié dans : recettes - Communauté : BLOGUEURS AFRICAINS
Laissez un petit mot - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 décembre 5 11 /12 /Déc 20:25
- Par nassaramoaga
http://www.art-deco-afrique.com/photo-annexe/recette/senegal/mafe-poulet-senegal.gif
C'est un plat qui se mange beaucoup dans le Sahel. Au Sénégal on l'appelle Mafé. Au Ghana le Foufou désigne à la fois la sauce et son accompagnement.

La recette que je vous propose ici est celle qui est utilisée le plus couramment au Burkina.


Ingrédients ( pour 6 personnes )

-Les légumes peuvent varier selon la saison : Carottes, chou, épinards, aubergines, courgettes, gombos frais ou secs.
-On peut si l'on veut ajouter un peu de poisson séché émietté.
-Viande de boeuf ( ragout ) ou de mouton (épaule ) ou de poulet : 1kghttp://www.export-forum.com/africa/africa-food/images/graines-arachide.jpg
-Oignons : 2 ou 3
-Carottes : 500g
-chou : 1/2
-Tomates fraiches : 5 ou 1/2 boite de tomates pelées et 1 petite boite de tomate concentrée
-Bouillon-cube : 1
-4 cuillers à soupe bien pleine de pâte d'arachides
-Sel, thym, laurier


Préparation

Une petite manipulation est à faire avec la pâte d'arachides, surtout si vous l'avez conservé dans votre réfrigérateur et que la température extérieure n'est pas élevée. Il ne faut surtout pas l'ajouter directement à votre préparation.
Nous recommandons de la mettre dans un bol et celui-ci dans de l'eau bouillante pour qu'elle " fonde ", sinon vous riquez de faire des sortes de grumeaux, et elle ne se mélangera pas bien.
La laisser de côté.
http://media.paperblog.fr/i/157/1570439/poule-fond-fond-volaille-bouillon-cube-L-1.jpegFaire revenir  la viande et les oignons finement hachés.
Ajouter les légumes coupés en morceaux et les tomates
Mettre sel et herbes ( thym, laurier ).
Couvrir le tout de beaucoup d'eau.
Laisser cuire  à gros bouillon, sans couvercle.
Ajouter la tomate concentrée et le bouillon-cube, délayés dans un peu d'eau chaude ou mieux,de jus de cuisson.

Faire cuire environ 1/2 h
 
Ajouter la pâte d'arachides.Bien remuer pour qu'elle se mélange bien. Continuer de cuire à feu vif. Il faut que l'eau que vous avez mit au début s'évapore et qu'il ne reste que la pâte d'd'arachides pour épaissir la sauce.

Votre plat sera prêt quand vous commencerez à voir l'huile d'arachides apparaître à la surface. Celà peut prendre 1/2 h au moins après avoir incorporé la p^te d'arachides.

Servir avec du riz blanc.

Bon appétit !!!

Publié dans : recettes - Communauté : BLOGUEURS AFRICAINS
Laissez un petit mot - Voir les 1 commentaires
Mardi 8 décembre 2 08 /12 /Déc 20:47
- Par nassaramoaga

Le Zoom-Koom ( Traduction : Zoom=Farine, Koom=Eau ) chez les Moosés est considéré comme une marque de bienvenue, on l'offre à tout nouvel arrivant, malheureusement, c'est une tradition qui se perd peu à peu.


On le fait aussi pour les grandes occasions, comme les mariages.

Ingrédients :

-Farine fine de petit mil : 300gr
-Sucre et / ou miel selon le goût
-Décoction de Tamarin : 1L  ou jus de citron coupé d'eau
-Piment en poudre : 1 pincée
-Eau

Préparation :

Mélanger la farine et le piment.Les pétrir avec le sucre et /ou le miel et un peu d'eau.Former dix boules de la taille d'un petit caillou.En diluer quatre dans la décoction ou l'eau de citron.

Au fond d'un calebasse, mettre les six boules restantes et verser le mélange.

Servir   .

Au fur et à mesure de l'arrivée des invités, on y rajoute de l'eau, et les boules mises au fond se diluent.

Source :
" Cuisines d'Afrique" de A.Villiers et M.-F Delarozière aux éditions "Edisud"

Publié dans : recettes - Communauté : BLOGUEURS AFRICAINS
Laissez un petit mot - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 décembre 3 02 /12 /Déc 20:17
- Par nassaramoaga

C'est une boisson très prisée dans de nombreuses régions d'Afrique de l'Ouest.Le goût peut rappeler un bon cidre bouché.Les soirs de pleine lune, l'animation est particulièrement vive dans les quartiers des " dolotières " et les conversations se poursuivent tard dans la nuit.


Dans les cabarets qui sont souvent de simples maisons en banco, avec parfois un hangar ou apatam, équipées de bancs pour les clients et occasionnellement de petites tables basses rudimentaires, les " dolotières "proposent des calebasses de Dolo, directement tiré des canaris.

En général on ne conditionne pas le Dolo. Des essais de mise en bouteilles au Burkina n'ont pas abouti.

Le degrés d'alcool varie d'une région à l'autre, d'une ethnie à l'autre, selon que le Dolo est cuit plus ou moins longuement.


Préparation


La préparation du Dolo prend plusieurs jours. Les différentes étapes de la préparation ne sont pas toujoursaccomplies par la même femme, mais dans des cours différentes.

La recette mérite d'être citée.

-Tremper du mil rouge, ou du mil blanc.

-L'étaler sur le sol recouvert de paille sèche ou de plastique, pendant trois jours pour le laisser gernmer en l'humidifiant deux fois par jour.

-le faire sècher au soleil pendant trois jours, avant de le moudre.

-Dans un canari ( de 15 à 20L), on verse la poudre et on ajoute de l'eau.On fait alors bouillir pendant 6 à 8 heures, la plupart du temps, sur le foyer de 3 pierres traditionnel.Celà consomme évidemment énormément de bois. La femme qui accomplit cette étape a généralement un espace de sa conc
ession entièrement rempli de bois. beaucoup d' ethnies, conscientes de ce problème, ont entrepris depuis longtemps des programmes de reboisement.

-Faire reposer et laisser tomber le moût au fond du canri. recueillir le premier " jus ", le plus concentré, appelé " tossé " chez les Mossis, et le verser dans un autre canari.

-Ajouter la levure de bière appelée également  " rabilé " , recueillie de la préparation de Dolo précédente.

-Laisser fermenter et tiédir pendant une nuit, en prenant soin de couvrir le canari d'une calebasse.


Servir tôt le matin, le Dolo est doux. Mais plus la journée avance, plus le soleil est haut, plu
s le Dolo fermente et plus il est fort. Certaines " dolotières " ajoutent des racines pour renforcer le goût.
Certains connaisseurs arrivent à retrouver selon le goût la qualité de mil rouge ou blanc utilisé pour préparer le Dolo.
le Dolo non fermenté est servi aux femmes enceintes et aux enfants.

-Faire égoutter le moût resté au fond du canari dans un cône spécial. Ajouter de l'eau pour en extraire toute la saveur. On obtient un deuxième jus, du Dolo non fermenté.

On utilise le résidu final, séché, comme aliment pour les animaux.




Source : " Cuisines d'Afrique" de A.Villiers et M.-F Delarozière aux éditions "Edisud"



Ambiance au cabaret



Publié dans : recettes - Communauté : BLOGUEURS AFRICAINS
Laissez un petit mot - Voir les 0 commentaires
Dimanche 29 novembre 7 29 /11 /Nov 20:19
- Par nassaramoaga


Un repas incontournable du Burkina Faso, le Tô, cette boule de mil ou de Maïs servie dans une sauce, le plus souvent au Gombos. Ce plat n’est habituellement pas très apprécié par le visiteur étranger en raison de la viscosité de la sauce au Gombos, il est cependant très apprécié des Burkinabè.

Ainsi, il reste le repas quotidien de la grande majorité des habitants du Burkina Faso tant au Zone rurale que dans les villes. Il est servis habituellement dans un grant plat commun et est consommé avec la main.



Le Tô sauce gombo



Ingrédients (pour environ 6-7 personnes)

  • 1 kg de farine de mil ou de maïs ou un mélange des 2
  • 750ml d’eau pour diluer
  • 2 litres d’eau pour la cuisson
  • sel

Préparation :

  1. Versez les 750ml d’eau dans la farine pour la diluer jusqu’à obtention d’une mixture crémeuse
  2. Faire bouillir dans une marmite les 2 litres d’eau et salez
  3. Attendre que l’eau frémisser et versez-y la farine délayée par petites quantités, en tournant avec une cuillère en bois
  4. Réduisez le feu
  5. Tournez continuellement pour que la pâte cuise uniformément. Elle doit épaissir petit à petit mais ne pas craquer. Ajoutez au besoin un peu d’eau très chaude
  6. La cuisson est complète quand on obtient une pâte qui se détache des parois
  7. Moulez avec une cuillère ou avec une la main en petite galette alongées
  8. Servez chaud avec la sauce aux gombos ( recette ci-dessous)


La Sauce au Gombos :


Ingrédients

  • 15-20 gombos ( appelés aussi Okra ) frais
  • 1 cuill. à soupe de soumbala
  • 2-3 oignons
  • 100ml d’huile végétale
  • 1 piment ( Habanero )
  • sel


Préparation :


1. Tranchez puis pilez les oignons et le soumbala ensembles jusqu’à ce qu’ils forment une pâte brune.
2. Lavez les gombos, enlevez la tête, les coupez , puis pilez-les.
3. Baissez le feu pour faire mijoter le bouillon
4. Faire chauffer avec l’huile dans une casserole
5. Laissez cuire 20 minutes en remuant de temps en temps pour ne pas que les gombos collent au fond de la casserole.
6. 5 à 10 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez le piment




Source : www.burkina-faso.ca

 

 

 

Le tô sauce bito


Les feuilles de bito sont utilisées dans le Sahel.ce sont les feuilles d'une variété d'Hibiscus.Elles sont souvent associées àd'autres feuilles dans les "Sauces".Pour enlever leur acidité on y adjoint du tamarin ou du citron.

La sauce bito proposée ici est celle préparée à la manière des Bissa et des Gourounsi, ethnies burkinabè qui vivent dans un zone de culture d'arachide, vers la frontière du Ghana.

Si on ne peut pas trouver les feuilles de Bito, on peut aisément les remplacer par des feuilles d'épinards, mais il ne faut pas oublier de mettre 1 ou 2 cuillerées de vinaigre ou 1 ou 2 gousses de tamarin pour retrouver le goût des feuilles de Bito.


Préparation de la sauce (pour 6 personnes)

-Feuilles d'Hibiscus : 500gr
-Viande de boeuf : 1kg ou 2 pintades
-Oignons : 3 ou 4
-Soumbala : 4cuillers à soupe
-Arachides : 500gr
-ail, cube maggi, sel, poisson ou crevettes séchées

Les feuilles de Bito

Les trier, et les laver. Faire bouillir de l'eau et les y plonger. cuire environ 15 minutes. Égoutter et les piler ou les écraser au moulin à légumes.

Les arachides


Prendre des arachides non grillées. Enlever la peau, après les avoir mises à tremper dans de l'eau 3 ou 4 heures, et frottées. Les piler et les tamiser.

La viande

Faire revenir les oignons, puis la viande. Ajouter l'ail puis couvrir d'un peu d'eau. Diluer le cube Maggi. Saler. Cuire, et laisser de côté.

La sauce

Dans une marmite, mettre de l'eau et du sel. Ajouter le poisson séché ou les crevettes séchées et les feuilles de Bito. Mettre également les arachides pilées et le soumbala tamisé. Laisser mijoter jusqu'à ce que l'huile remonte.

Le Tô ( sagbo chez les Mossis du Burkina )

C'est une pâte non salée, préparée soit avec de la farine de mil, de sorgho, de petit mil ou de maïs. C'est le plat national de quelques pays sahéliens comme le Mali, le Burkina. Il se consomme aussi, mais plus rarement, au NigerTogo.

Préparation du Tô

-Farine de mil ou de sorgho ou de maïs : 750gr
-eau : 1,5l
-Fleurs blanches d'Hibiscus, vinaigre ou Tamarin ou citron

Faire bouillir de l'eau. Quand elle bout, y verser petit à petit et en pluie une partie de la farine;tout en remuant vigoureusement avec une grosse spatule en bois, pour empêcher de faire des grumeaux et obtenir une bouillie.
Enlever une partie de cette bouillie et la garder de côté dans une calebasse.
Continuer à ajouter de la farine tout en malaxant.
Diluer la pâte jusqu'à obtenir l'épaisseur et la consistance souhaitée.
Au besoin, ajouter par petites louches la bouillie laissée de côté si l'épaisseur ne convient pas. Ne pas cesser de remuer, il faut que la pâte devienne lisse.
Quand elle commence à se détacher de la marmite, prendre une petite louche et sortir portion par portion de petites quantités et les disposer sur un plat, en ayant soin de nettoyer la calebasse dans de l'eau après avoir déposé chaque portion.
On peut ajouter du beurre de karité pour empêcher le tô de se dessécher ou ajouter une décoction de fleurs blanches d'Hibiscus, ou du tamarin, ou du citron ou du vinaigre pour en enlever l'aigreur.

Servir le Tô. La sauce Bito et la viande se servent à part. La sauce peut se garder plusieurs jours. Proposer d'abord le Tô, puis la viande, puis la sauce.

Bon appétit

Source : " Cuisines d'Afrique" de A.Villiers et M.-F Delarozière aux éditions "Edisud"










Publié dans : recettes - Communauté : BLOGUEURS AFRICAINS
Laissez un petit mot - Voir les 2 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés